Les quatre premiers siècles de l'église chrétienne, Volume 2

Front Cover
Amyot, 1850
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 26 - ... bourreau des chrétiens une commission bien étrange. Vous ordonnez de les tourmenter pour les forcer non pas à avouer ce qu'ils font . mais à nier ce qu'ils sont. La religion des chrétiens a commencé sous Tibère. La vérité s'est fait haïr dès qu'elle s'est fait connaître. Autant d'étrangers, autant d'ennemis : les Juifs par jalousie, les soldats par l'avidité du pillage, nos serviteurs par la malignité naturelle de leur état.
Page 7 - PRÊTRES comme formant ensemble cet auguste sénat des apôtres; et LES DIACRES qui me sont si chers, comme ceux à qui est confié le ministère de Jésus-Christ.
Page 10 - Hégésippe, j'entendis parler des accusations dont on chargeait les chrétiens; je fus témoin de la manière dont ils couraient à la mort , bravant ce qu'elle a de plus terrible pour la nature, et j'en conclus qu'il était impossible que de tels hommes vécussent dans le crime et dans l'amour des plaisirs.
Page 121 - Gratien fut envoyé pour remplir l'épiscopat à Tours, Trophime à Arles, Paul à Narbonne, Saturnin à Toulouse, Denys à Paris, Austremoine en Auvergne et Martial à Limoges (1).
Page 62 - Je fais mon dernier effort pour ramener ce qu'il ya de divin en moi , à ce qu'il ya de divin dans tout l'Univers...
Page 298 - ... votre obéissance aient des temples consacrés au « mensonge puisqu'ils en veulent avoir ; que personne « ne tourmente ceux qui ne sont pas de son sentiment. « Si quelqu'un jouit de la lumière qu'il s'en serve « autant que possible pour éclairer les autres, sinon « qu'il les laisse en repos. Autre chose est de livrer « des combats pour acquérir la couronne de l'immor«talité, et autre chose d'user de violence pour cou« traindre quelqu'un à embrasser une religion.
Page 197 - ... avis. Car aucun de nous ne s'établit évêque des évêques , et ne réduit ses collègues à lui obéir par une terreur tyrannique , puisque tout évêque a une pleine liberté de sa volonté et une entière puissance ; et , comme il ne peut être jugé par un autre, il ne le peut aussi juger. Attendons tous le jugement de notre Seigneur Jésus-Christ , qui seul a la puissance de nous préposer au gouvernement de son Eglise et de juger de notre conduite.
Page 66 - Apollon lui répondit : 11 vous serait peut-être plus aisé d'écrire sur l'eau ou de voler, que de guérir l'esprit blessé de votre femme. Laissez-la donc, dans sa ridicule erreur, chanter d'une voix lugubre un dieu mort, condamné à un supplice cruel par des juges équitables. » Apollon, ici, c'est le paganisme, c'est l'école d'Alexandrie, incapables de comprendre que ce dieu crucifié, c'est l'alliance mystérieuse...
Page 8 - Ils s'abstiennent de l'eucharistie et de la prière, parce qu'ils ne confessent pas que l'eucharistie est la chair de notre Sauveur Jésus-Christ, < chair > qui a souffert pour nos péchés, et que dans sa bonté le Père a ressuscitée2.
Page 355 - Au temps difficile de la persécution, l'évêque se distinguait par une robe de lin, la croix sur la poitrine, l'anneau pastoral, et le bâton de route pour soutenir ses pas dans les courses lointaines, lorsqu'il allait au-devant de ses frères pour les bénir. Après le concile de Nicée, tout fut de soie dans les vêtements des prêtres ; les topazes, rubis, émeraudes, turquoises, furent admirablement...

Bibliographic information