Histoire d: Romaine jusqu'à l'invasion des barbares

Front Cover
[Libr.] Hachette, 1873
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Common terms and phrases

Popular passages

Page 491 - Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel...
Page 106 - De tous les peuples du monde, le plus fier et le plus hardi, mais tout ensemble le plus réglé dans ses conseils, le plus constant dans ses maximes, le plus avisé, le plus laborieux, et enfin le plus patient, a été le peuple romain. De tout cela s'est formée la meilleure milice et la politique la plus prévoyante, la plus ferme et la plus suivie qui fut jamais.
Page 173 - ... qui viennent au camp. Toutes choses ainsi rangées, on voit que le camp forme un carré qui, par la disposition intérieure, ressemble à une ville régulière. « Du retranchement ' aux tentes il ya 200 pieds de distance; cet espace sert à faciliter l'entrée et la sortie des troupes. On y met aussi les bestiaux et tout ce qu'on prend sur l'ennemi. Un autre avantage considérable, c'est que, dans les attaques de nuit, il n'ya ni feu ni trait qui puisse arriver aux tentes, si ce n'est très-rarement....
Page 266 - Spartacus battit ses lieutenants, et lui-même, en plusieurs rencontres, se saisit de ses licteurset de son cheval de bataille, et, libre alors de ses mouvements, conduisit son armée vers les Alpes, afin de rendre chaque esclave à son pays. Mais les siens, avides de butin et de vengeance , refusèrent de le suivre , et se répandirent dans l'Italie pour la ravager. Le sénat se vit réduit à diriger contre eux les deux consuls : Spartacus les battit. Crassus, à qui on remit le commandement suprême,...
Page 106 - Une de ces choses lui faisait aimer l'autre; car, parce qu'il aimait sa liberté, il aimait aussi sa patrie comme une mère qui le nourrissait dans des sentiments également généreux et libres.
Page 174 - Service des soldats romain» dans le camp. | « Le camp ainsi disposé, les tribuns assemblés reçoivent le serment de tous les hommes présents, tant libres qu'esclaves. Ils jurent, l'un après l'autre, qu'ils ne voleront rien dans le camp, et que ce qu'ils trouveront ils le porteront aux tribuns. Ensuite on commande deux cohortes, tant des princes que des hastaires de chaque légion, pour garder la place qui s'étend en face des tenîes des tribuns, et que les soldats remplissent pendant le jour.
Page 490 - Vous avez appris qu'il a été dit : Vous aimerez votre prochain et vous haïrez votre ennemi. « Et moi je vous dis : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent...
Page 490 - Lorsque vous priez, ne ressemblez pas aux hypocrites qui se tiennent debout dans les synagogues et aux coins des rues pour être vus des hommes. Ces gens-là, je vous le dis en vérité, ont reçu leur récompense. Mais entrez dans votre chambre, fermez la porte et priez votre père dans le secret.
Page 39 - ... sénateur complice de Catilina, qui fut tué par son père. S'il est riche, il prêtera à 12, à 15, à 20 pour 100, car le père de famille doit faire valoir son argent comme ses terres et la loi lui abandonnera la liberté et jusqu'à la vie de son débiteur insolvable. A sa mort...
Page 349 - Popilius, qu'il avait autrefois sauvé d'une accusation de parricide. Lorsqu'il les entendit approcher, il fit poser à terre sa litière, et portant sa main gauche à son menton, geste qui lui était ordinaire, il regarda les meurtriers d'un œil fixe. Ses cheveux hérissés et poudreux, son visage pâle et défait, firent peur à la plupart des soldats, qui se couvrirent le visage pendant que le centurion Hérennius regorgeait. Il avait mis la tête hors d« la litière et présenté la gorge aux...

Bibliographic information