Oeuvres complètes de François de Salignac de La Mothe Fénélon ...: Nouvelle éd., mise dans un nouvel ordre, revue et corrigée avec soin, précédée d'un essai sur la personne et les écrits de Fénélon, et suivie de son éloge historique, Volume 5

Front Cover
Briand, 1810
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 85 - Non , il n'y a que les sens et l'imagination qui aient perdu leur objet. Celui que nous ne pouvons plus voir est plus que jamais avec nous. Nous le trouvons sans cesse dans notre centre commun. Il nous y voit, il nous y procure les vrais secours.
Page 382 - L'imagination, qu'un coup si imprévu avoit saisie et troublée , s'y accoutume et se calme. Hélas! tout est vain en nous, excepté la mort à nousmêmes que la grâce y opère.
Page 119 - Par de tels entretiens, on devient moins haut, moins sec, moins rétréci, plus maniable dans la main de Dieu, plus accoutumé à être repris. Une vérité qu'on nous dit nous fait plus de peine que cent que nous nous dirions à nous-mêmes. On est moins humilié du fond des vérités, que flatté de savoir se les dire. Ce qui vient d'autrui blesse toujours un peu, et porte un coup de mort.
Page 87 - ... à l'intelligence de chaque particulier, ni propres aux besoins de chaque fidèle. Choisissez donc les endroits qui conviennent davantage à votre état et à la correction de vos défauts. Cherchez ce qui inspire la vigilance, la confiance en Dieu, le courage contre soi-même, et la fidélité aux devoirs de sa condition. Joignez à cette lecture méditée une autre lecture dans la suite de la journée. Vous pouvez la prendre des Entretiens de saint François de Sales, qui vous instruiront du...
Page 24 - Quand on souffre dans cette simplicité d'amour, nonseulement on est heureux malgré la croix , mais encore on est heureux par elle; car l'amour se plaît à souffrir pour le bien-aimé , et la croix qui rend conforme au bien-aimé est un lien d'amour qui console. Portez le pesant fardeau d'une personne fort âgée qui ne peut plus se porter elle-même. La raison s'affoiblit à cet âge; la vertu même , si elle n'a été bien profonde, semble se relâcher; l'humeur et l'inquiétude ont alors toute...
Page 380 - Dieu de vous en ôter l'usage. Tous les livres les plus admirables mis ensemble nous instruisent moins que la croix. Il vaut mieux d'être crucifié avec Jésus-Christ, que de lire ses Souffrances: l'un n'est souvent qu'une belle spéculation , ou tout au plus qu'une occupation affectueuse; l'autre est la pratique réelle, et le fruit solide de toutes nos lectures et oraisons. Souffrez donc en paix et en silence , ma chère sœur : c'est une excellente oraison que d'être uni à Jésus sur la croix....
Page 378 - ... et non pour négliger la vigilance qui est essentielle au véritable amour de Dieu. Plus on l'aime, plus on est jalouse contre soi , pour n'admettre jamais rien qui ne soit des vertus les plus pures que l'amour inspire. Voilà, ma chère sœur, tout ce qui me vient au cœur pour vous : recevez-le du même cœur dont je vous le donne. Je prie notre Seigneur qu'il vous fasse entendre mieux que je ne dis, et qu'il soit lui seul toutes choses en vous. Il sait à quel point je suis en lui intimement...
Page 361 - ... et sans excès , l'expérience de l'oraison et des choses intérieures , enfin une certaine retenue pour donner le secours nécessaire aux personnes qu'il conduit , sans tomber néanmoins dans des conversations inutiles ; il ne doit jamais y avoir rien que de sérieux , de modeste et d'édifiant dans ces entretiens où il s'agit purement de la vie éternelle.
Page 115 - Quand on étudie il ne faut étudier que par un vrai besoin de providence , et le faire comme on va au marché pour la provision nécessaire de chaque jour. Alors même il faut étudier en esprit d'oraison. Dieu est tout ensemble la vérité et l'amour. On ne connoît bien la vérité qu'autant qu'on l'aime.
Page 378 - Quiconque mourroit en tout porteroit en paix toutes les croix. Mais nous sommes foibles et nous tenons encore à de vaines consolations. Les soutiens de l'esprit sont plus subtils que les appuis mondains ; on y renonce plus tard et avec plus de peine. Si on se...

Bibliographic information