De l'insurrection parisienne, et de la prise de la Bastille: discours historique, prononcé par extrait dans l'Assemblée nationale

Front Cover
Debure, 1790 - 269 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 256 - ... à ceux qui ont exposé et sacrifié leur vie pour secouer le joug de l'esclavage et rendre leur patrie libre ; « Décrète qu'il sera fourni, aux dépens du trésor public, à chacun des vainqueurs de la Bastille en état de porter les armes un habit et un armement complet , suivant l'uniforme de la nation ; que sur le canon du fusil ainsi que sur la lame du sabre, il sera gravé l'écusson de la nation, avec la mention que ces armes ont été données par la nation à tel, vainqueur de la...
Page 5 - ... D'ailleurs, ne voyezvous pas que la moindre violence, dans de pareilles conjonctures, exposerait la ville, compromettrait l'Assemblée nationale? La nuit s'approche, ajouta-t-il ; restez donc, restez ici, pour y mûrir vos généreux projets, et je vous réponds, sur ma tête, que ce que l'on vous refusait hier, vous l'obtiendrez demain. » Cet avis l'emporta ; et tout depuis nous a prospéré, quoique nous ayons eu bien des obstacles à surmonter. Dès lors notre correspondance fut établie...
Page 53 - ... en avait aussi été nommé commandant. Ces promotions soudaines, on le savait, ne devaient être que passagères ; elles enflammaient néanmoins tous les esprits. On n'était pas plutôt nommé, qu'on demandait des ordres, qu'on voulait sans délai marcher à l'ennemi; et cette impatience avait aussi ses risques. Quant à M. de La Barthe, M. Moreau de SaintMéry, notre président, lui offrit une épée, en lui disant : « C'est la patrie qui vous la donne.
Page 57 - ... supposé, car ce n'est pas un conte que ce cachot fangeux, et si fétide que l'on s'y trouvait mal. Tout Paris a pu le voir, et j'y suis descendu le lendemain. Du centre d'une énorme pierre placée au milieu de ce cachot partait une grosse chaîne propre à retenir, non pas seulement un homme, mais tel monstre que l'on puisse imaginer.
Page 62 - Elie nous l'avait prédit la surveille, lorsqu'il vint nous offrir les trophées de sa victoire. L'un de nous, s'élançant vers le bureau, s'écrie : « Ah ! Messieurs, sauvons les papiers. On dit, ajouta-t-il, que les papiers de la Bastille sont au pillage ; hâtons-nous de recueillir les restes de ces vieux titres d'un despotisme intolérable, afin d'en inspirer l'horreur à nos derniers neveux.
Page 15 - ... et le moins accessible. Le peuple, qui ne soupirait qu'après des armes et des munitions, car c'étaient là, depuis deux jours, ses premiers ou plutôt ses seuls besoins ; le peuple nous arrivait en foule et devenait plus pressant de minute en minute ; ses instances et ses menaces redoublèrent sur le midi. A une heure et demie ou environ, le prévôt des marchands annonce que M. Pressoles, directeur des armes de la manufacture de Charleville, lui a promis douze mille fusils, qui seront bientôt...
Page 29 - Des avis et des renforts nous arrivaient de toutes parts ; la fermentation augmentait ; mais nous attendions avec impatience la réponse du duc d'Aumont, qui avait demandé vingt-quatre heures pour délibérer sur sa nomination. Il s'excusa, il remercia. Le marquis de La Salle fut, en sa place, nommé commandant général. Il accepte avec transport. Ce dévouement l'honore d'autant plus qu'à l'heure où il consentit à la place éminente qu'il a si bien remplie, peu d'autres auraient été tentés...
Page 64 - L'électeur dont il s'agit, chargé par monsieur le maire de faire tirer l'une de nos loteries, s'avisa de pérorer contre cet abus, qu'il avait déjà combattu dans un livre intitulé : De la passion du jeu depuis les temps anciens jusqu'à nos jours.
Page 256 - L'Assemblée nationale, frappée d'une juste admiration pour l'héroïque intrépidité des vainqueurs de la Bastille, et voulant leur donner, au nom de la nation, un témoignage public de la reconnoissance due à ceux qui ont exposé et sacrifié leur vie pour secouer le joug de l'esclavage et rendre leur patrie libre : « Décrète qu'il sera fourni, aux dépens du Trésor public, à chacun des vainqueurs de la Bastille en état de porter les armes un habit et un armement complet...
Page 11 - Agier, électeur, avait été à l'Assemblée nationale pour y rendre compte de la situation de Paris , et prendre, à cet égard, des ordres relatifs à la conduite que nous avions à tenir, ayant reçu d'un membre de cette auguste assemblée la note suivante , nous en fit part à son retour. Je la consigne ici cette note , pour honorer le patriotisme prompt et soutenu de l'illustre député dont il s'agit. « M. Dupont, conseiller d'État, chevalier de l'ordre de Vasa, et son fils, âgé de...

Bibliographic information