Page images
PDF
EPUB

prit, et tous pensant en eux-mêmes si Jean ne serait point le Christ; 16. Jean dit devant tout le monde : Pour moi, je vous baptise, dans l'eau; mais il en viendra un autre plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de delier les cordons de ses souliers, C'est lui qui vous baptisera dans le Saint-Esprit et dans le feu (f).

17. Il prendra le van en main, et il nettoiera son aire; il amassera le blé dans son grenier, et il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteindra jamais.

18. Il disait encore beaucoup d'autres choses au peuple, dans les exhortations qu'il leur faisait.

19. Mais Hérode, le tétrarque, étant repris par lui au sujet d'Hérodiade, femme de son frère Philippe, et de tous les autres maux qu'il avait faits;

20. Il ajouta encore à tous ses crimes celui de faire mettre Jean en prison (g).

21. Or il arriva que le peuple, recevant le baptême, et Jésus ayant été aussi baptisé, comme il faisait sa prière, le ciel s'ouvrit (h),

(f) Jean abonde dans le sens juif; il ne songe nullement à le réfuter. Non, dit-il, je ne suis pas le Christ, mais je l'annonce. Seulement il a l'air de jouer ici sur le mot. Jésus, au contraire, n'annonce pas le Christ de cette façon il dit, pour ceux qui peuvent l'entendre le voilà! le Christ, c'est la réforme; ceux qui l'entendent autrement sont des hommes charnels qui ne comprennent point les Ecritures.

(g) Anticipation sur ce qui suit, verset 21.

(h) Jean prêchait et baptisait la quinzième année de Ti-. bère. A quelle époque de cette année Jésus vint-il le trouver? Les évangélistes ne le disent pas; mais il est permis de supposer qu'il vint à la pâque de cette année quinzième, puisqu'elle était l'occasion naturelle du voyage, et que pour arriver à l'endroit où Jean baptisait, il fallait passer par Jérusalem. Tous les évangélistes s'entendent à faire de Jean l'initiateur de Jésus, ou du moins à signaler la visite de celui-ci comme le point de départ de sa prédication; on peut en tirer cette conséquence, que la prédication de Jésus dura un an entier, dont six mois en Galilée et six mois à Jérusalem, (Cf. Matthieu, III.)

22. Et le Saint-Esprit descendit sur lui en forme corporelle, comme une colombe; et on entendit du ciel cette voix : Vous êtes mon Fils bien-aimé; c'est en vous que j'ai mis toute mon affection.

23. Jésus avait environ trente ans lorsqu'il commença à exercer son ministère étant, comme l'on croyait (1), fils de Joseph, qui fut fils d'Héli, qui fut fils de Mathat,

24. Qui fut fils de Lévi, qui fut fils de Melchi, qui fut fils de Jeanna, qui fut fils de Joseph,

25. Qui fut fils de Mathathias, qui fut fils d'Amos, qui fut fils de Nahum, qui fut fils d'Hesli, qui fut fils de Naggé,

26. Qui fut fils de Mahath, qui fut fils de Mathathias, qui fut fils de Séméi, qui fut fils de Joseph, qui fut fils de Juda,

27. Qui fut fils de Joanna, qui fut fils de Résa, qui fut fils de Zorobabel, qui fut fils de Salathiel, qui fut fils de Néri,

28. Qui fut fils de Melchi, qui fut fils d'Addi, qui fut fils de Cosan, qui fut fils d'Elmadan, qui fut fils d'Her,

29. Qui fut fils de Jésus, qui fut fils d'Eliezer, qui fut fils de Jorim, qui fut fils de Mathat, qui fut fils de Lévi,

30. Qui fut fils de Siméon, qui fut fils de Juda, qui fut fils de Joseph, qui fut fils de Jona, qui fut fils d Eliakim,

31. Qui fut fils de Méléa, qui fut fils de Menna, qui fut fils de Mathatha, qui fut fils de Nathan, qui fut fils de David,

32. Qui fut fils de Jessé, qui fut fils d'Obed, qui fut fils de Booz, qui fut fils de Salomon, qui fut fils de Naasson,

33. Qui fut fils d'Aminadab, qui fut fils d'Aram, qui fut fils d'Esron, qui fut fils de Pharès, qui fut fils de Juda,

34. Qui fut fils de Jacob, qui fut fils d'Isaac, qui fut fils d'Abraham, qui fut fils de Tharé, qui fut fils de Nachor,

35. Qui fut fils de Sarug, qui fut fils de Ragau, qui fut fils de Phaleg, qui fut fils d'Héber, qui fut fils de Salé,

(i) Ut putabatur: ce mot prouve que la généalogie rapportée par Luc a été prise d'ailleurs; qu'elle a été fabriquée à une époque où l'on voulait, suivant le messianisme juif, que Jésus descendît de David selon la chair, comme le dit Paul lui-même (Rom., 1, 3 et suiv.). En conséquence, cette généalogie détruit l'histoire de la conception surnaturelle, comme celle-ci rend la première inutile et sans objet. Ainsi la doctrine de Luc est un progrès sur celle des auteurs des généalogies attribuées aux plus anciens chrétiens, les Ébionites.

36. Qui fut fils de Caïnan, qui fut fils d'Arphaxad, qui fut fils de Sem, qui fut fils de Noé, qui fut fils de Lamech,

37. Qui fut fils de Mathusale, qui fut fils d'Enoch, qui fut fils de Jared, qui fut fils de Malaléel, qui fut fils de Caïnan,

38. Qui fut fils d'Enos, qui fut fils de Seth, qui fut fils d'Adam, qui fut créé de Dieu (j).

CHAPITRE IV.

Jeune et tentation de Jésus-Christ. Il commence à prêcher. Il prêche à Nazareth. Délivrance d'un possédé. Guérison de la belle-mère de saint Pierre. Retraite de Jésus dans le désert.

1. Jésus, étant plein du Saint-Esprit, revint des bords du Jourdain; et il fut poussé par l'Esprit dans le désert (a).

2. Il y demeura quarante jours (b), et il fut tenté (c) par le diable. Il ne mangea rien pendant tout ce temps-là; et lorsque ces jours furent passés (c), il eut faim.

VERSETS 23-38.

un Mathata?...

Deux Mathat, deux Mathathias et

Sur la conciliation de la généalogie de Luc avec celle de Matthieu, cf. Strauss. Un mot, selon moi, résume toute cette discussion, et ce mot n'a pas été dit : c'est que Luc a voulu démentir ou rectifier, sur plus ample informé, la généalogie donnée par Matthieu.

(a) Le récit de la tentation ne se trouve pas dans Jean.

(b) Quarante jours, nombre çabalistique. On ne peut trouver la place nécessaire à ces quarante jours, d'après Jean, 1, 19, 29, 35, 43, et п, 1, qui raconte sans interruption ce que fit Jésus pendant les quatre premiers jours après son baptême, et le fait aller immédiatement en Galilée...

(c) Tentabatur... et consummatis. Les trois évangélistes sont ici en divergence : Matthieu place la tentation après, Marc pendant, Luc pendant et après. Cette divergence prouve que, pour ce fait spécial, le récit le plus simple et le plus pri

NOUV. TESTAMENT. T. I.

13

3. Alors le diable lui dit : Si vous êtes le Fils de Dieu, commandez à cette pierre qu'elle devienne du pain.

4. Jésus lui répondit: Il est écrit que l'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole de Dieu.

5. Et le diable le transporta sur une haute montagne, d'où lui ayant fait voir, en un moment, tous les royaumes du monde (d), 6. Il dit: Je vous donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes; car elle m'a été donnée, et je la donne à qui me plaît.

7. Si donc vous voulez m'adorer, toutes ces choses seront à

vous.

8. Jésus lui répondit: Il est écrit: Vous adorerez le Seigneur votre Dieu, et vous ne servirez que lui seul,

9. Le diable le transporta encore à Jérusalem; et, l'ayant mis sur le haut du temple, il lui dit : Si vous êtes le Fils de Dieu, jetez-vous d'ici en bas;

10. Car il est écrit qu'il a ordonné à ses anges d'avoir soin de vous et de vous garder,

11. Et qu'ils vous soutiendront de leurs mains, de peur que vous ne vous heurtiez le pied contre quelque pierre.

12. Jésus lui répondit: Il est écrit: Vous ne tenterez point le Seigneur votre Dieu.

13. Le diable, ayant achevé toutes ses tentations, se retira de lui pour un temps (e).

mitif, suivant les probabilités, est celui de Marc; le deuxième en date, celui de Matthieu; le troisième, celui de Luc.

(d) Cette tentation est placée la troisième dans Matthieu. (Voir, pour l'explication de cette histoire, Strauss.)

(e) VERS. 1-13. – Il est évident que l'histoire de cette tentation doit être retranchée de la vie de Jésus. Pourquoi donc et dans quel but a-t-elle été supposée? D'abord on a voulu assimiler Jésus à Moïse et autres (cf. Matthieu, iv); puis on a voulu lui faire professer sa doctrine sur le Messie (versets 4, 6 et 12), où il dit : 1o que le Verbe est parole de Dieu; 2o que son royaume n'est pas de ce monde; 3° que les miracles ne prouvent rien.

Ainsi interprétée, cette tentation pose très-bien Jésus antiMessie, réformateur, et point thaumaturge.

Cette narration serait digne de Jésus même à tous les

14. Alors Jésus s'en retourna en Galilée, par la vertu de l'Esprit (f) de Dieu; et sa réputation se répandit dans tout le pays d'alentour.

15. Il enseignait dans leurs synagogues, et était estimé et honoré de tout le monde.

16. Étant venu à Nazareth, où il avait été élevé (g), il entra, selon sa coutume, le jour du sabbat, dans la synagogue, et il se leva pour lire.

17. On lui présenta le livre du prophète Isaïe; et, l'ayant ouvert, il trouva l'endroit où ces paroles étaient écrites :

18. L'Esprit du Seigneur s'est reposé sur moi; c'est pourquoi il m'a consacré par son onction (h); il m'a envoyé pour prêcher l'évangile aux pauvres, pour guérir ceux qui ont le cœur brisé;

19. Pour annoncer aux captifs leur délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue; pour renvoyer libres ceux qui sont brisés sous leurs fers; pour publier l'année favorable du Seigneur (2), et le jour où il se vengera (j) de ses ennemis.

20. Ayant fermé le livre, il le rendit au ministre, et s'assit. Tout le monde, dans la synagogue, avait les yeux arrêtés sur lui

points de vue, et rien n'empêche qu'il en ait fait une de ses paraboles. Cependant les cantiques de Marie, Zacharie et Siméon prouvent qu'il existait des hommes capables des plus hautes conceptions et de la plus sublime poésie religieuse.

(f) Virtute spiritûs. Ces mots, 'que Strauss n'a pas relevés, montrent assez clairement que la tentation est arrivée aussi par la vertu de l'esprit, c'est-à-dire qu'elle est une invention. Il était connu que Jésus, après son baptême, était retourné en Galilée. Où donc placer son voyage au désert? Quand et comment l'avait-il fait? Par la vertu de l'esprit, dit Luc.

(g) Nutritus, en pension; nous retombons dans le trivial; grec τεθραμμενος, élevé.

(h) Unxit me: allusion à l'Oint ou Messie. Cette scène est arrangée.

(i) Annum Domini. Le temps du Messie.

(j) Diem retributionis.

« PreviousContinue »