Histoire philosophique et médicale de la femme, Volume 1

Front Cover
J. B. Baillière et fils, 1858
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page iv - ... dire tout en un mot, le caractère, tant des peuples dominants en général que des princes en particulier, et enfin de tous les hommes extraordinaires, qui par l'importance du personnage qu'ils ont eu à faire dans le monde, ont contribué, en bien ou en mal, au changement des États et à la fortune publique.
Page 45 - Adieu, plaisant pays de France ! O ma patrie La plus chérie ; Qui a nourri ma jeune enfance ! Adieu, France ! adieu mes beaux jours. La nef qui disjoint nos amours N'a cy de moi que la moitié ; Une part te reste, elle est tienne ; Je la fie à ton amitié, Pour que de l'autre il te souvienne.
Page 68 - ... mais, vivifiée par la nature, et revêtue de sa robe de noces, au milieu du cours des eaux et du chant des oiseaux, la terre offre à l'homme, dans l'harmonie des trois règnes, un spectacle plein de vie, d'intérêt et de charmes, le seul spectacle au monde dont ses yeux et son cœur ne se lassent jamais.
Page 204 - C'est auprès du berceau de son enfant, c'est en voyant le sourire de sa fille et les jeux de son fils, qu'une mère est heureuse. Et où sont les entrailles, les cris, les émotions puissantes de la Nature ? Où est ce caractère tout à la fois touchant et sublime qui ne sent rien qu'avec excès...
Page 92 - Dieux! quel plaisir d'aimer publiquement, Et de porter le nom de son amant! Votre maison, vos gens, votre livrée, Tout vous retrace une image adorée; Et vos enfants, ces gages précieux, Nés de l'amour, en sont de nouveaux nœuds.
Page 126 - Faisons l'homme à notre image et à notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur les animaux, sur toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.
Page 190 - LA MARQUISE DU CHATELET. SUR LA CALOMNIE. (1733.) Écoutez-moi, respectable Emilie : Vous êtes belle; ainsi donc la moitié Du genre humain sera votre ennemie : Vous possédez un sublime génie; On vous craindra : votre tendre amitié Est confiante, et vous serez trahie. Votre vertu, dans sa démarche unie, Simple et sans fard, n'a point sacrifié A nos dévots; craignez la calomnie.
Page 222 - Ne dédaignons pas de jeter les yeux sm; un état par lequel nous avons tous commencé ; voyons-nous au berceau , passons même sur le dégoût que peut donner le détail des soins que cet état exige, et cherchons par quels degrés cette machine délicate,. ce corps naissant et à peine vivant , vient à prendre du mouvement, de la consistance et des forces.
Page 421 - Née tibi Diva parens, generis née Dardanus auctor, Perfide, sed duris genuit te cautibus horrens Caucasus, Hyrcanœque admorunt ubera tigres.
Page iii - La plus belle, la plus agréable et la plus nécessaire de toutes nos connaissances est sans doute la connaissance de nous-mêmes. De toutes les sciences humaines, la science de l'homme est la plus digne de l'homme.

Bibliographic information