Le voyage du centurion

Front Cover
L. Conard, 1916 - 247 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 177 - La grandeur de l'homme est grande en ce qu'il se connaît misérable. Un arbre ne se connaît pas misérable. C'est donc être misérable que de se connaître misérable; mais c'est être grand que de connaître qu'on est misérable.
Page 5 - Son père s'était trompé : Maxence avait une âme. Il était né pour croire, et pour aimer et pour espérer. Il avait une âme, faite à l'image de Dieu, capable de discerner le vrai du faux, le bien du mal.
Page 221 - Mais il est une clarté d'une autre sorte, bien que le langage humain ne puisse la distinguer, et c'est la clarté de la charité. Maxence voit des choses saintes dans l'esprit, mais dans la charité on voit tout autrement. Alors il n'ya plus la moindre petite arrière-pensée, la moindre inquiétude, ni cette sournoise hésitation de l'homme inquiet, mais seulement la pleine connaissance pacifique, la possession sereine, la certitude béatifique. La connaissance dans l'esprit n'est pas réservée,...
Page 188 - Quels sont ceux-ci qui s'avancent portant leurs cœurs au-devant d'eux comme des flambeaux ? Ce sont les héroïques, les affamés de la vertu, les assoiffés de la justice ! Certes ils se sont gardés des chutes grossières. Mais ils jugent que c'est peu. Ils veulent cette pureté essentielle qui est l'entrée dans l'intelligence supérieure. Car tout est lié dans le système intérieur de l'homme et la lumière profonde de ce qui est vrai manquera toujours à qui ne se sera point fait un cœur...
Page 11 - ... et voulait que leur force portât remède à sa faiblesse. O vous tous qui souffrez d'un mal inconnu, qui êtes désemparés et dégréés, faites comme Maxence, fuyez le mensonge des cités, allez vers ces terres incultes qui semblent sortir à peine, fumantes encore, des mains du Créateur, remontez à votre source, et, vous carrant solidement au sein des éléments, tâchez d'y retrouver les linéaments de l'immuable et très tranquille vérité ! Maxence avait vécu bien des nuits semblables...
Page 77 - Maxence arrive au point où les expédients apparaissent misérables et où il faut choisir. Il rejettera l'autorité, et le fondement de l'autorité qui est l'armée. Ou bien, il acceptera toute l'autorité, l'humaine et la divine. Homme de fidélité, il ne restera pas hors de la fidélité. Dans le système de l'ordre, il ya le prêtre et il ya le soldat. Dans le système du désordre, il n'ya plus ni prêtre ni soldat.
Page 161 - Je sens qu'il ya, par delà les dernières lumières de l'horizon, toutes les âmes des apôtres, des vierges et des martyrs, avec l'innombrable armée des témoins et des confesseurs. Tous me font violence, m'enlèvent par la force vers le ciel supérieur, et je veux...
Page 23 - ... sentiments un peu rudes, que ceux que froisse une trop grande simplicité du cœur, quittent à tout jamais la terre de la force et de la vertu ! Que tous ceux qui hésitent, tous ceux qui trembleraient devant une vérité trop forte, ne viennent pas prendre la rude nourriture de l'Afrique ! Il faut ici un regard ferme sur la vie, un regard pur, allant droit devant soi, un regard jeune, de toute franchise, de toute clarté.
Page 242 - Qu'elle est belle, la première prière ! Qu'elle est bénie et précieuse au Seigneur ! Que les Anges du ciel l'écoutent avec joie ! Allons ! pauvre homme, relèvetoi! Voici que JÉSUS n'est pas loin, et qu'Il va venir et qu'Il ne peut tarder! Déjà tu regardes avec tranquillité la terre de la réconciliation et le soir de ta consolation. Reprends ta route. Espère...

Bibliographic information