Bulletin archéologique de l'Association bretonne

Front Cover
Imprimerie-Librarie-Lithographie de René Prud'homme., 1902
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
List of members in volumes for 1850, 1874, 1876-80.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 155 - Une seule province de France est à la hauteur, dans sa poésie, de ce que le génie des plus grands poètes et celui des nations les plus poétiques ont jamais produit : nous oserons dire qu'elle les surpasse. Nous voulons parler de la Bretagne.
Page 54 - Qu'heureux est le mortel qui , du monde ignoré , Vit content de soi-même en un coin retiré; Que l'amour de ce rien qu'on nomme renommée N'a jamais enivré d'une vaine fumée; Qui de sa liberté forme tout son plaisir , Et ne rend qu'à lui seul compte de son loisir!
Page 155 - Nomenoé est un poëme de cent quarante vers, plus grand que l'Iliade, plus complet, plus beau, plus parfait qu'aucun chef-d'œuvre sorti de l'esprit humain.
Page 60 - Il est doux d'écouter, les deux mains sur les flammes, Des contes merveilleux de pays enchantés , Et depuis des mille ans les vieux airs répétés, Où revit la Bretagne avec toute sa gloire , Et dont le noble peuple a gardé la mémoire. Ainsi dans les manoirs, où chaque souterrain A son dragon de feu , chaque préau son nain ; Puis, après les géants, les grandes passes d'armes, Un simple chant d'amour qui fait venir les larmes.
Page 31 - Je vous dis en vérité que cette génération ne passera point que toutes ces choses ne soient accomplies. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.
Page 50 - Ces nations diffèrent entre elles par le langage, les institutions et les lois. > Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine.
Page xxxvii - ... intrus qui se permettait d'emporter chez lui la clef des Archives. La Borderie était innocent de ce méfait, mais ce qu'il emporta de son passage aux Archives de la Loire-Inférieure, ce fut une extraordinaire abondance de notes, d'analyses, de copies de pièces, qui formèrent le premier noyau d'une collection qu'il continua sa vie entière, à travers les dépôts publics et privés de Paris et de la province. Il est parvenu ainsi à réunir une suite de portefeuilles dont la richesse et l'importance...
Page 157 - Bretagne ! ô mon pays ! garde ta foi naïve, Car Dieu se plaît surtout dans la simplicité. C'est comme le miroir d'une source d'eau vive, Où vient se réfléchir l'astre de vérité. Sois fidèle à tes saints, à tes pèlerinages. Dieu n'a pas raccourci son bras miraculeux. Que toujours, par les bois et les landes sauvages, Se rendent aux pardons des pèlerins nombreux. Les Français, ô Bretons ! nous appelaient barbares. Brizeux les connaissant leur a rendu ce nom.

Bibliographic information