Oraisons funèbres de Fléchier: suivies des oraisons funèbres de Turenne

Front Cover
Lefèvre, 1826 - 498 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 156 - Turenne meurt : tout se confond, la fortune chancelle, la victoire se lasse, la paix s'éloigne, les bonnes intentions des alliés se ralentissent, le courage des troupes est abattu par la douleur et ranimé par la vengeance; tout le camp demeure immobile.
Page 116 - Samarie, après avoir brûlé sur leurs propres autels les dieux des nations étrangères ; cet homme que Dieu avait mis autour d'Israël, comme un mur d'airain, où se brisèrent tant de fois toutes les forces de l'Asie, et qui, après avoir défait de nombreuses armées...
Page 427 - Le roi , pour donner une marque immortelle de l'estime et de l'amitié dont il honorait ce grand capitaine , donne une place illustre à ses glorieuses cendres parmi ces maîtres de la terre, qui conservent encore dans la magnificence de leurs tombeaux une image de celle de leurs trônes.
Page 111 - Il eut à peine tourné son cheval, qu'il aperçut Saint-Hilaire, le chapeau à la main, qui lui dit: "Monsieur, jetez les yeux sur cette batterie que je viens de faire placer là.
Page 26 - Arthénice, où se rendaient tant de personnes de qualité et de mérite qui composaient une cour choisie, nombreuse sans confusion, modeste sans contrainte, savante sans orgueil, polie sans affectation.
Page 419 - C'est moi qui me suis fait moimême! Mais aussi la religion et l'humilité paraissent-elles jamais plus majestueuses que lorsque, dans ce .point de gloire et de grandeur, elles retiennent le cœur de l'homme dans la soumission et la dépendance où la créature doit être à l'égard de son Dieu?
Page 153 - Seigneur des applaudissements qu'on croit se devoir à soi-même, et qu'on ne retienne au moins quelques grains de cet encens qu'on va brûler sur ses autels ! C'était en ces occasions que M.
Page 116 - ... à des rois ligués contre lui des déplaisirs mortels, et réjouissait Jacob par ses vertus et par ses exploits, dont la mémoire doit être éternelle ; cet homme qui...
Page 272 - Eglise se former dans l'enceinte de ce royaume; et l'hérésie, née dans le concours de tant d'intérêts et d'intrigues , accrue par tant de factions et de cabales , fortifiée par tant de guerres et de révoltes , tomber tout d'un coup comme un autre Jéricho, au bruit des trompettes évangéliques et de la puis. sance souveraine qui l'invite ou qui la menace.
Page 132 - Non, messieurs, je sais que ce n'est pas en vain que les princes portent l'épée; que la force peut agir quand elle se trouve jointe avec l'équité ; que le dieu des armées préside à cette redoutable justice que les souverains se font à eux-mêmes; que le droit des armes est nécessaire pour la conservation de la société ; et que les guerres sont permises pour assurer la paix , pour protéger l'innocence , pour arrêter la malice qui se déborde, et pour retenir la cupidité dans les bornes...

Bibliographic information