Mémoires secrets et critiques des cours, des gouvernemens, et des moeurs des principaux états de l'Italie, Volume 1

Front Cover
1794
1 Review
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
User Review - Flag as inappropriate

321 fel

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 108 - Il a été décidé hier que nous renoncions à la neutralité. Les ordres d'attaquer sont-ils partis? Notre armée est-elle en bon état pour combattre? TROISIÈME INQUISITEUR Voici les derniers rapports des illustrissimes provéditeurs et de notre général, le marquis de Mantoue ; puis le sénateur messire Vincenzo Quirini nous annonce qu'il a conclu avec le comte de l'Anguillara. Ainsi nous avons quarante mille hommes, et les Français sont tout au plus sept mille. DEUXIÈME INQUISITEUR Si Frère...
Page 148 - ... de ruine. Or, la grande loi du monde, ce n'est pas de faire ceci ou cela, d'éviter ce point ou de courir à tel autre; c'est de vivre, de grandir et de développer ce qu'on a en soi de plus énergique et de plus grand, de telle sorte que d'une sphère quelconque on sache toujours s'efforcer de passer dans une plus large, plus aérée, plus haute. Ne l'oubliez pas.
Page 301 - Pietà, par exemple! Eh bien ! je reste frappé de stupeur ; tu penses ce que je ne penserai jamais ; tu aperçois clairement, tu contemples ce qui me sera à jamais voilé ; tu imagines ce que je ne saurais concevoir, et je me sens si petit, si faible, si impuissant à côté de ce que tu sais concevoir et produire, que le découragement l'emporte, et je n'ai plus envie de rien essayer. MICHEL-ANGE Es-tu jaloux de moi ? GRANACCI Pas le moins du monde ! MICHEL-ANGE Voilà le mal. Comment ! toi, un...
Page 142 - ALEXANDRE VI Les gens me disent à la fois votre père et votre amant ? Laissez, Lucrèce, laissez le monde, laissez cet amas de vermisseaux ridicules autant que débiles imaginer sur les âmes fortes les contes les plus absurdes. Dans l'impuissance d'en comprendre les visées, ils n'y aperçoivent que de l'étrange; ils n'en sauraient analyser les ressorts, moins encore en apercevoir la portée, et ils croient démêler au sein mystérieux de cet inconnu des turpitudes niaises dont ils parviennent...
Page 121 - Mais j'entends le maître fou qui parle à ses hommes d'armes. Qu'est-ce qu'il peut leur dire?... Il n'a pas été élevé aux lettres... Il est, à son ordinaire, fort incohérent dans ses propos... le vent porte de ce côté... on attrape quelques phrases... LE ROI, dans le lointain. Très forts et hardis chevaliers, jamais je n'eusse entrepris ce voyage... sans ma confiance dans votre vertu et prouesse... Soyez certains qu'autant ou plus nous est facile de vaincre la bataille que de la commencer......
Page 148 - Sachez désormais que pour ces sortes de personnes que la destinée appelle à dominer sur les autres, les règles ordinaires de la vie se renversent et le devoir devient tout différent. Le bien, le mal, se transportent ailleurs, plus haut, dans un autre milieu, et les mérites qui se peuvent approuver dans une femme ordinaire deviendraient chez vous des vices, par cela seul qu'ils ne seraient que des causes d'achoppement, de ruine.
Page 302 - Dieu, que son nom soit béni! a mis sur la terre tant de princes, de capitaines et de podestats qui se mangent les uns les autres. Ils devraient n'avoir d'autre occupation que de faire des actions vertueuses, punir le vice et protéger les arts. Ils agissent tout au rebours... Dieu devrait les supprimer. Il est vrai qu'alors on tomberait dans les mains de la populace, la bête la plus immonde qui ait jamais rampé sur le sol. As-tu jamais remarqué qu'un homme sorti de rien soit devenu un bon artiste?
Page 301 - Mais quel miel, quel lait, quelle fade liqueur sucrée as-tu donc dans les veines au b'eu de sang ? Ne sais-tu donc pas que c'est avec la fureur, la colère, l'emportement, la véhémence que l'on escalade le ciel ! Il s'agit bien de sourire ! Je ne te dis pas de me courir après, la dague au poing, mais je trouverais concevable que tu me détestes, et moi, je t'en aimerais davantage. Raidis-toi, deviens un homme ; je t'apprendrai tout ce que je sais, je te montrerai ce que je peux. Allons, Granacci...
Page 149 - Or, la grande loi du monde ce n'est pas de faire ceci ou cela, d'éviter ce point ou de courir à tel autre ; c'est de vivre, de grandir et de développer ce qu'on a en soi de plus énerg-ique et de plus grand, de telle sorte que d'une sphère quelconque on sache toujours s'efforcer de passer dans une plus large, plus aérée, plus haute. Ne l'oubliez pas. Marchez droit devant vous. Ne faites que ce qui vous plaît, en tant que cela vous sert. Abandonnez aux petits esprits, à la plèbe des subordonnés,...
Page 13 - ... qu'elle a contenu et qui lui conférait l'individualité de son être ; ce germe s'est dissous ; il ne compte plus dans la somme des richesses du monde ; il ne reparaîtra jamais plus. Mais après lui demeure la masse flottante de ce qu'on pourrait appeler les éléments féminins, doués d'une réceptivité propre à montrer un jour de nouvelles existences, quand une nouvelle cause plastique, fournie par une nouvelle race, aura réveillé la fécondité amortie.

Bibliographic information