Doctrine de la rédemption d'après Anselme de Cantorbéry

Front Cover
A. Chauvin et Fils, 1887 - 48 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 25 - Plus je vis et plus je réfléchis, plus je me confirme dans la conviction qu'il n'existe ici bas de sagesse et de bonheur que dans un christianisme pratique. Hors de là je ne vois que folie et misère sans ressource. J'espère rendre ceci sensible pour tout homme de bonne foi, dans un ouvrage auquel je travaille depuis un an '. Le premier volume est achevé, il y en aura deux.
Page 33 - Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle.
Page 130 - ... l'autre; ils ont tous un même souffle, et la supériorité de l'homme sur la bête est nulle, car tout est vanité. Tout va dans un même lieu ; tout a été fait de la poussière , et tout retourne à la poussière.
Page 129 - Mon oreille avait entendu parler de toi ; Mais maintenant mon œil t'a vu. C'est pourquoi je me condamne et je me repens, Sur la poussière et sur la cendre.
Page 37 - Je ne puis rien faire de moi-même : selon que j'entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m'a envoyé.
Page 71 - Les principes de cette sainte doctrine sont, qu'il est aussi impossible à un riche d'entrer dans le royaume des cieux qu'à un chameau de passer par le trou d'une aiguille ; que le riche est damné, uniquement parce qu'il est riche.
Page 21 - Ce n'est sûrement pas mon goût que j'ai écouté en me décidant à reprendre l'état ecclésiastique : mais enfin il faut tâcher de mettre à profit pour le ciel cette vie si courte. Ce qu'on donne à Dieu est bien peu de chose, rien du tout, et la récompense est infinie.
Page 24 - En pareille circonstance, la chose la plus essentielle est de mettre sa conscience à l'abri. Il n'ya que cela de solide et de durable. Tout le reste passe et tristement et bien vite. Plus je vis et plus je réfléchis, plus je me confirme dans la conviction qu'il n'existe ici bas de sagesse et de bonheur que dans un christianisme pratique.
Page 48 - Nul moyen d'éviter cet écueil, dès qu'on cherche en soi la certitude ; et c'est ce qu'il faut montrer à l'homme pour humilier sa confiance superbe : il faut le pousser jusqu'au néant, pour l'épouvanter de luimême; il faut lui faire voir qu'il ne sauroit se prouver sa propre existence , comme il veut qu'on lui prouve celle de Dieu : il faut désespérer toutes ses croyances, même les plus invincibles, et placer sa raison aux abois dans l'alternative, ou de vivre de foi, ou d'expirer dans le...
Page 21 - Mon bon ami, je suis bien inquiet de votre santé qui nous est si chère : mais je le suis encore plus de l'état actuel de votre âme : je ne saurais trop vous dire, mon cher fils, paix, confiance, abandon à la volonté divine : douce assurance des secours du ciel, souvenir précieux des promesses que nous a faites le père céleste, qu'il nous soutiendrait toujours de son bras...

Bibliographic information