Les marges: revue de littérature et d'art, Volume 22

Front Cover
1921
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 242 - Voici le seul portrait d'homme, peint exactement d'après nature et dans toute sa vérité, qui existe et qui probablement existera jamais.
Page 242 - Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon livre : ce n'est pas raison que tu employes ton loisir en un sujet si frivole et si vain.
Page 84 - Ubu, cette fois, n'écrit pas dans la fièvre. (Ça commence comme un testament, il est fait d'ailleurs.) Je pense que vous avez compris, il ne meurt pas (pardon, le mot est lâché) de bouteilles et autres orgies. Il n'avait pas cette passion et il a eu la coquetterie de se faire examiner partout par les « merdecins ». Il n'a aucune tare ni au foie, ni au cœur, ni aux reins, pas même dans les urines! Il est épuisé, simplement (fin curieuse quand on a écrit le Surmâle,) et sa chaudière ne...
Page 6 - J'ai remarqué plusieurs fois que quand les hommes ont balancé longtemps à entreprendre quelque chose, par la crainte de n'y pas réussir, l'impression qui leur reste de cette crainte fait, pour l'ordinaire, qu'ils vont trop vite dans la conduite de leurs entreprises. Voilà justement ce qui m'arriva.
Page 144 - Tout cet hiver, travail enragé pour notre Histoire de la Société pendant la Révolution. Le matin, nous emportons, d'un coup, quatre à cinq cents brochures de chez M. Perrot qui loge près de nous, rue des Martyrs. (Ce M.
Page 14 - Laissez-moi saisir cette occasion — je n'en pourrai trouver une meilleure — pour me décharger auprès de vous, en toute franchise, d'un regret qui me pèse depuis longtemps. En m'associant, il ya quelques années, à ce manifeste contre vous, j'ai commis une mauvaise action dont mon extrême jeunesse m'empêcha...
Page 223 - C'en sera là le patron. Deux châtaigniers dont l'ombrage Est majestueux et frais, le couvrent de leur feuillage, Ainsi que d'un riche dais. Je ne vois rien qui l'égale, Ni qui me charme à mon gré, Comme un gazon qui s'étale Le long de chaque degré. J'aime cent fois mieux cette herbe Que les précieux tapis Sur qui l'Orient superbe Voit ses Empereurs assis. Beautés simples et divines, Vous contentiez nos aïeux, Avant qu'on tirât des mines Ce qui nous frappe les yeux. De quoi sert tant de...
Page 150 - Que je plains les lettrés qui ne sont pas sensibles à la séduction d'une reliure, dit Edmond, et dont l'œil n'est pas amusé par la bijouterie d'une dorure sur un maroquin et qui n'éprouvent pas, en les repos paresseux de l'esprit, une certaine délectation physique à toucher de leurs doigts, à palper, à manier une de ces peaux du Levant, si moelleusement assouplies ! La...
Page 85 - Les revenants sont toujours ridicules. Là-dessus, le Père Ubu, qui n'a pas volé son repos, va essayer de dormir. Il croit que le cerveau, dans la décomposition, fonctionne au delà de la mort, et que ce sont ses rêves qui sont le Paradis.
Page 242 - Qui que vous soyez, que ma destinée ou ma confiance ont fait l'arbitre du sort de ce cahier, je vous conjure par mes malheurs, par vos entrailles, et au nom de toute l'espèce humaine...

Bibliographic information