Page images
PDF
EPUB

Kol Kôré

(VOX CLAMANTIS)

La Bible, le Talmud et l'Évangile

[merged small][merged small][merged small][merged small][graphic][subsumed][subsumed][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[blocks in formation]

DÉDICACE

A MONSIEUR MAURICE SCHLESINGER

En écrivant ce commentaire du Nouveau Testament, je n'ai eu d'autre but, ainsi que je l'ai dit dans le premier volume, que de réconcilier ces deux sœurs ennemies, l'Église et la Synagogue. J'ai voulu prouver que cette inimitié séculaire reposait sur de funestes malentendus, je veux dire sur les fausses interprétations que tous, juifs et chrétiens, ont faites de la parole de Jésus et des Apôtres, qui se proposaient avant tout d'inculquer à l'humanité l'amour du DIEU UN et l'amour du PROCHAIN.

Personne mieux que vous, Monsieur, ne professe ces saintes croyances et ne les met en pratique. Plus que personne, vous avez droit à ma sympathie par la noblesse de votre âme, à ma gratitude par vos bienfaits.

A ce double titre, permettez-moi de vous faire hommage de cette deuxième partie de mon œuvre.

L'AUTEUR.

UN MOT AU LECTEUR

Avant de poursuivre ce travail, j'éprouve le besoin de rendre grâce à la bonté divine, qui m'a soutenu jusqu'ici, et qui a inspiré à des hommes généreux la pensée de m'aider dans l'accomplissement de ma tâche.

C'est avec une peine inouïe que j'ai pu mener à bonne fin la publication du premier volume. Depuis trois ans que je suis à Paris, sans cesse aux prises avec la misère, sans cesse inquiet du lendemain et parfois du jour même, ayant à peine un vêtement pour me couvrir, un morceau de pain pour calmer ma faim, un abri pour reposer ma tête, j'ai lutté et j'ai triomphé; en dépit de toutes les difficultés matérielles, j'ai pu terminer, avec l'aide d'un public sympathique, la première partie de mon commentaire, et l'accueil fait au volume une fois publié a récompensé ma persévérance. Comme le serviteur d'Abraham, j'ai vu que « Dieu m'avait conduit dans la bonne voie », et j'ai résolu d'y marcher jusqu'au bout. Mais comment y parvenir, sous le double fardeau de l'âge et de la misère? Car ce n'est pas le maigre produit de quelques centaines d'exemplaires, produit bien diminué par les frais d'impression et autres, qui pouvait me procurer

« PreviousContinue »