Page images
PDF
EPUB

En quittant ces ruines, on regagne la grand'route que l'on continue vers le N. pendant 5 min., et l'on arrive à une citerne située, à droite, sur le bord du chemin. Prenant de suite le chemin à droite, on aperçoit bientôt, à gauche, la porte qui s'ouvre dans le mur d'enceinte du

HIS

Tombeau des Rois. (Qoubour-el-Moulouk (Tombeau des Rois) ou Qoubour-es-Salatine (Tombeau des Sultans). TORIQUE. Ce beau monument n'a pas dû servir à la sépulture des rois de Juda (1), mais plutôt à celle d'Hélène (2), reine d'Adiabène (partie du Kurdistan, à l'E. du Tigre); il a été construit vers l'an 44 de J.-C.

«

«

(1) Nous lisons dans le prophète Ezechiel les paroles suivantes: « La maison « d'Israël ne profanera plus mon St Nom à l'avenir, ni eux, ni leurs rois, << par leurs idolâtries, par les sépulcres de leurs rois, et par des hauts « lieux.... Qu'ils rejettent donc maintenant loin d'eux leurs idolâtries; qu'ils éloignent loin de moi les sépulcres de leurs rois, et je demeurerai toujours au milieu d'eux (a). » Evidemment si les sépulcres des rois ne s'étaient pas trouvés dans la Cité-Ste (Cité de David ou Mont Sion), le prophète ne se serait pas exprimé de la sorte. On pourrait penser que les Juifs, après l'avertissement du Prophète, ont transporté les ossements de leurs rois et les ont déposés dans un mausolée digne d'eux. Mais ce qui fait croire le contraire c'est, d'une part, la conduite d'Hircan (de la famille des Machabées) qui tira du tombeau de David 3,000 talents, et de l'autre, celle d'Hérode qui enleva pendant la nuit tous les ouvrages en or que les tombeaux renfermaient, recommandant à ses janissaires de fouiller partout et jusque dans les sarcophages de David et de Salomon. Donc les ossements de ces rois y étaient encore.

Néanmoins, le monument qui nous occupe, pour n'être pas le tombeau des rois de Juda, est bien une sépulture royale; voici comment je l'établis. Hélène, reine d'Adiabène, avait un palais sur le mont Acra et s'était fait construire un monument funèbre à environ trois stades de Jérusalem (b). Elle y fut déposée, ainsi que le roi Isate son fils. De plus l'historien juif nous apprend que ce dernier, qui avait 24 fils, en avait envoyé 5 à Jérusalem auprès de leur aïeule, Hélène, pour être instruits dans la religion judaïque, et que plusieurs membres de cette même famille vinrent se fixer dans la Cité-Ste (c). Monobaze, autre fils d'Hélène, avait son palais sur l'Ophel (d); et une de ses parentes, la princesse Crapta, en habitait un également à Jérusalem (e). Un autre Monobaze et Sénébé, de la même famille, demeuraient aussi dans la Cité de Dieu. Voilà donc quatre palais différents appartenant à cette race royale, dont parle par hasard Flav. Josèphe, en racontant la guerre de sa nation contre les Romains. Enfin le même historien rapporte que, lorsque Jérusalem fut livrée aux flammes, (2) Cette Hélène paraît avoir été la femme d'Abgar. — (Voir Moïse de Corène, p. 168).

(a) Ezéchiel, XLIII, 7 et 9.
(c) Flav. Jos. Ant. 1. XVI. II.
(e) Id. G. 1. VI, 36.

(b) Flav. Jos. 1. XX, 2.

(d) Id. G. 1. VI, 36.

Hélène, ayant embrassé la religion israélite avec son fils Isate, roi d'Adiabène, était venue s'établir à Jérusalem où elle mourut. Isate mourut peu de temps après, et son corps fut envoyé à la Ville-Ste par son frère Monobaze pour y être inhumé auprès de sa mère. Beaucoup de membres de cette famille, étant venus ensuite se fixer à Jérusalem, ont dû, après leur mort, être réunis à leurs illustres parents. Très probablement aussi ce même hypogée a servi à la sépulture d'un certain nombre de romains morts pendant le siège de Jérusalem par Titus; car M. de Saulcy, dans les fouilles qu'il y fit exécuter en 1863, mit à découvert beaucoup d'urnes en terre

les fils et les frères d'Isate, avec plusieurs autres personnes de qualité, se rendirent à Titus, le suppliant de les épargner; ce qu'il leur accorda avec bienveillance. On le voit, un tombeau de 37 loges n'est pas trop grand pour une famille si nombreuse. Le monument de Qoubour el-Moulouk n'est pas non plus trop splendide pour une telle famille, ainsi que l'estiment certains auteurs, puisque c'est ici une famille royale. Autre preuve. Le sarcophage découvert par M. de Saulcy, en 1863, contenait un squelette qui a été reconnu pour être celui d'une femme (a). Un autre sarcophage, n'ayant que 30 centimèt. de large, fut trouvé là; ce sarcophage n'a pu servir que pour un enfant. Or, il est impossible d'admettre que des femmes et des enfants aient été déposés dans le tombeau des rois de Juda. Enfin, l'historien juif place le tombeau de la reine Hélène à environ trois stades de Jérusalem; or, telle est à peu près la distance qui se trouve entre la ville et le monument appelé Tombeau des Rois. S. Jérôme écrit à Eustochium que Ste Paule, qui vint à Jérusalem au IV° siècle, suivit la route qui passe par Béthoron, Gabaon et Gabaa, et qu'avant d'entrer dans la Ville-Ste, elle laissa, à gauche, le mausolée d'Hélène, ad levam mausoleo Helenæ derelicto (b). Selon moi, l'authenticité du monument d'Hélène ne laisse donc rien ou peu de chose à désirer; et ce n'est pas là, mais bien certainement au Mont Sion (l'ancienne Cité de David), qu'il faut chercher le Tombeau des rois de Juda. J'ajoute que le second livre d'Esdras est favorable à cette manière de voir, lorsqu'il dit (ch. III) «Néhémias, fils d'Asboc, capitaine de la moitié du quartier de Bethsur, bâtit proche de Sellum, jusque vis-à-vis le Sépulcre de David, jusqu'à la piscine qui avait été construite avec un grand travail ....

(a) Ce sarcophage, déposé au musée du Louvre, présente à sa face antérieure deux disques sculptés, et entre les deux disques une inscription de deux lignes, chacune de huit lettres, placées l'une au-dessus de l'autre. Cette inscription, qu'on n'a pas encore bien déchiffrée, ne prouve rien en faveur de l'opinion qui place ici le Tombeau des Rois de Juda.

(b) S. Jérôme, LXXXVI lettre. Selon les relations des Voyages en TerreSte, tous les Pèlerins, jusqu'au XVI° siècle, entraient à Jérusalem par la porte Nord. Il n'est donc pas probable que Ste Paule, venue à Gabaa, ait quitté le grand chemin, qui était le plus court, pour entrer en ville par une autre porte.

Tableau des Rois de Juda.

[ocr errors]
[ocr errors]
[blocks in formation]

NOMS

RÈGNE

CARACTÈRE DU RÈGNE

[blocks in formation]

40 ans D'abord fidèle, puis jaloux, haineux et désobéissant
40 ans Berger. Coupable, pénitent. Prophète. Saint
40 ans D'abord sage. Bâtit le Temple. Ecrivain sacré. Prévarica.
17 ans Prévaricateur. Division du royaume de Juda et d'Israël.
3 ans Prévaricateur.

id.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

Asa

id.

id. id.

id.

41 ans Fidèle à Dieu. Protecteur de son peuple

Josaphat 25 ans Fidèle à Dieu. Etablit son fils vice-roi

an Infidèle et impie. Blessé mortellement par ordre de Jéhu. Mageddo. Usurpatrice impie et cruelle. Mise à mort hors du temple par ordre de Joïada

Joram

8 ans Infidèle à Dieu. Fait périr tous ses frères.

Ochozias
Athalie
Joas

[blocks in formation]

6 ans 40 ans Fidèle d'abord, ensuite prévaricateur. Tue Zacharie dans le Temple. Tué par ses serviteurs

[merged small][merged small][ocr errors]

29 ans Fidèle,mais imparfaitement.Périt dans une conspiration. Lachis. D'abord fidèle à Dieu et heureux. Infidèle à la fin de Jérusalem. son règne, meurt lépreux

ou 52 ans 16 ans Fidèle à Dieu et juste en toutes choses.

[ocr errors]

Manassès 55 ans Idolâtre. Emmené en captivité. Repentant. Revenu à

2 ans Impie. Tué par la trahison des siens.

[ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

29 ans Rétablit le culte du Seigneur. Pour lui le soleil rétrograde. Meurt ami de Dieu.

id.

[merged small][ocr errors][merged small]

Amon

[merged small][ocr errors][ocr errors]
[blocks in formation]

31 ans Purifia Juda et Jérusalem de l'idolâtrie. Tué à Majeddo. | 3 mois Enchaîné à Rébla par Pharaon Néchao 11 ans Tué par les Babyloniens

[ocr errors][merged small][merged small]
[blocks in formation]

11 ans Captif à Babylone, le roi lui creva les yeux

Egypte.
Jérusalem.
Babylone.
Babylone.

[ocr errors][ocr errors]
[blocks in formation]

CITATIONS DE
L'ÉCRITURE SAINTE

I Rois XXXI, 13.
III Rois II, 10.
III Rois XI, 43."
III Rois XII.XIV,31.
III Rois XV, 8.
III Rois XV, 24.
III Rois XXII, 51.
sé-IV Rois VIII, 24.

II Paral. XXI, 20.
IV Rois IX, 27, 28.

IV Rois XI, 16.

id. non dans le tombeau IV Rois XII, 21.

des Rois.

Cité de David.

Dans le champ où étaient
les Sépulcres des Rois.
Dans la Cité de David.
id. non dans la tombe des Rois.
Dans un lieu plus élevé que
le tombeau des Rois.
Dans le jardin de sa mai-
son, ou jardin d'Oza.
Dans le jardin d'Oza.
Dans son sépulcre.
Probablement en Egypte.
Sans sépulture.
Probablement Babylone.
Probablement Babylone.

[ocr errors]

II Paral. XXIV, 25.
IV Rois XIV, 19, 20.
IV Rois XV

II Paral. XXVI, 23.
IV Rois XV, 38.
11 Paral.XXVIII,27.

[blocks in formation]
[graphic][ocr errors][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][ocr errors][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed]

cuite contenant des corps humains incinérés. Le Tombeau, dit des Rois, fut acheté en 1883 par la famille de Péreire qui l'entoura d'un mur, y plaça un gardien, et en offrit gracieusement la propriété à la France.

J'ai cru utile de donner ci-dessus le Tableau des Rois de Juda, afin que l'on voie qu'aucun d'eux n'a été déposé dans le monument qui nous occupe. En effet des vingt-deux rois qui ont régné sur Juda, un a été enseveli à Galaad, dixsept furent ensevelis au Mont Sion, un fut tué à Jérusalem et resta sans sépulture, un autre fut enseveli en Egypte, enfin les deux derniers furent ensevelis à Babylone.

ETAT ACTUEL. Le tombeau d'Hélène, reine d'Adiabène, ou le Qoubour el-Moulouk, est situé au milieu de la campagne, près du grand chemin de Jérusalem à Naplouse; il est très reconnaissable au mur d'enceinte qui l'entoure. L'unique porte d'entrée regarde l'O., et le gardien n'exige aucun rétribution pour l'ouvrir.

[ocr errors]

VISITE. (Voir le plan) L'escalier (1), à peine ébauché, par lequel on y descend, flanque la partie S. du monument. Il a 25 marches coupées dans le roc même et est large de 9 à 10 mèt. Un sillon, creusé dans la onzième marche, conduit les eaux de la partie supérieure de l'escalier dans une citerne ouverte dans la paroi S. Un semblable sillon creusé dans la vingt-et-unième marche mène les eaux de la partie inférieure de l'escalier dans une citerne ouverte dans la paroi du fond. Lorsqu'on est arrivé au bas de l'escalier, on remarque sept pierres inhérentes au sol et séparées les unes des autres par des découpures, c'est-à-dire, prêtes à être enlevées. On tourne ensuite à gauche, on passe par une baie de porte en pleincintre taillée dans le rocher (13) et l'on arrive dans une

Cour. DESCRIPTION. Cette cour (2) taillée verticalement dans le rocher, à 7 ou 8 mèt. en contre-bas du sol environnant, mesure 27 mèt. de long sur autant de large. On s'aperçoit au premier coup d'œil que cette cour n'est pas achevée; outre qu'elle n'est pas aplanie, il y manque une citerne pour recueillir les eaux qui, en hiver, s'y réunissent en telle quantité qu'elles forment un véritable lac.

Dans la paroi S. s'ouvre un

Large vestibule. - DESCRIPTION. Ce vestibule (3) formant un rectangle assez régulier, dépourvu à l'intérieur de toute ornementation, était soutenu autrefois par deux colonnes prises

« PreviousContinue »