Faust et le second Faust, suivis d'un choix de poésies allemandes

Front Cover
Garnier frères, 1879 - 448 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 6 - ... nature. Ce n'est pas seulement le monde moral tel qu'il est qu'on y voit anéanti , mais c'est l'enfer qui est mis à sa place. Il ya une puissance de sorcellerie, une poésie du mauvais principe, un enivrement du mal, un égarement de la pensée qui font frissonner , rire et pleurer tout à la fois. Il semble que , pour un moment , le gouvernement de la terre soit entre les mains du démon. Vous tremblez parce qu'il est impitoyable , vous riez parce qu'il humilie tous les amours-propres satisfaits...
Page 5 - Certes, il ne faut y chercher ni le goût, ni la mesure, ni l'art qui choisit et qui termine; mais si l'imagination pouvait se figurer un chaos intellectuel , tel que l'on a souvent décrit le chaos matériel , le Faust de Goethe devrait avoir été composé à cette époque.
Page 41 - Philosophie, hélas ! jurisprudence, médecine, et toi aussi, triste théologie!... je vous ai donc étudiées à fond avec ardeur et patience : et maintenant me voici là, pauvre fou, tout aussi sage que devant.
Page 165 - MÉPHISTOPHÉLÈS. — C'est de la magie, pauvre fou ! car chacun croit y retrouver celle qu'il aime. FAUST. — Quelles' délices ! et quelles souffrances ! Je ne puis m'arracher à ce regard. Qu'il est singulier, cet unique ruban rouge qui semble parer ce beau cou... pas plus large que le dos d'un couteau! MÉPHISTOPHÉLÈS. — Fort bien ! je le vois aussi ; elle peut bien porter sa tête sous son bras, car Persée la lui a coupée.
Page 41 - ... obligé de dire péniblement ce que je ne sais pas; si enfin je pouvais connaître tout ce que le monde cache en lui-même, et, sans m'attacher davantage à des mots inutiles, voir ce que la nature contient de secrète énergie et de semences éternelles...
Page 115 - ... belle Une coupe d'or ciselé. Comme elle ne le quittait guère, Dans les festins les plus joyeux Toujours une larme légère A sa vue humectait ses yeux. Ce prince à la fin de sa vie, Lègue tout, ses villes, son or, Excepté la coupe chérie, Qu'à la main il conserve encor.
Page 280 - Witteuberg, et s'appelle la forêt de Mangealle, qui était autrefois très-bien connue de lui-même. En cette forêt, vers le soir, en une croisée de quatre chemins, il fit avec un bâton un cercle rond, et deux autres qui entraient dedans le grand cercle.
Page 7 - ... car s'il a toute la grandeur et toute la force de l'humanité, il en a aussi toute la faiblesse; en demandant à l'enfer des secours que le ciel lui refusait, sa première pensée fut sans doute le bonheur de ses semblables, et la science universelle: il espérait à force de bienfaits, sanctifier les trésors du démon, et à force de science, obtenir de Dieu l'absolution de son audace, mais l'amour d'une jeune fille suffit pour renverser toutes ses chimères : c'est la pomme d'Eden, qui au...
Page 17 - Maintenant, serait-il possible d'attirer de nouveau ces âmes dans le domaine delà matière créée, ou du moins formulée par Dieu, théâtre éclatant où elles sont venues jouer chacune un rôle de quelques années, et ont donné des preuves de leur force et de leur amour?
Page 17 - ... l'enseigne, qu'une partie immortelle survive à l'être humain décomposé, si elle se conserve indépendante et distincte, et ne va pas se fondre au sein de l'âme universelle, il doit exister dans l'immensité des régions ou des planètes, où ces âmes conservent une forme perceptible aux regards des autres âmes, et de celles mêmes qui ne se dégagent des liens terrestres que pour un instant, par le rêve, par le magnétisme ou par la contemplation ascétique.

Bibliographic information