Page images
PDF
EPUB

26. Si donc les moindres choses sont au-dessus de votre pouvoir, pourquoi vous inquiétez-vous des autres?

27. Considérez les lis, et voyez comme ils croissent; ils ne travaillent ni ne filent; cependant je vous déclare que Salomon, même dans toute sa magnificence, n'a jamais été vêtu comme l'un d'eux.

28. Que si Dieu a soin de vêtir de la sorte une herbe, qui est aujourd'hui dans les champs, et qu'on jettera demain dans le four, combien aura-t-il plus de soin de vous vêtir, ô hommes de peu de foi!

29. Ne vous mettez donc point en peine, vous autres, de ce que vous aurez à manger ou à boire; et que votre esprit ne soit point suspendu et inquiet (j);

30. Car ce sont les païens et les gens du monde qui recherchent toutes ces choses; et votre Père sait assez que vous en avez besoin. 31. C'est pourquoi cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice; et toutes ces choses vous seront données par surcroît (k).

32. Ne craignez point, petit troupeau; car il a plu à votre Père de vous donner son royaume.

33. Vendez ce que vous avez, et le donnez en aumône; faitesvous des bourses qui ne s'usent point par le temps; amassez dans le ciel un trésor qui ne périsse jamais, d'où les voleurs n'approchent point et que les vers ne puissent corrompre (1).

34. Car où est votre trésor, là sera aussi votre cœur.

35. Que vos reins soient ceints, et ayez dans vos mains des lampes ardentes;

36. Soyez semblables à ceux qui attendent qué leur maître

(j) Un pacte avec la pauvreté!

(k) VERS 22-31.

Tout ce passage est d'une beauté sublime, et se retrouve dans Matthieu.

(7) Dans Matthieu, ce conseil n'est point général; il n'est donné qu'aux parfaits, ce qui, dans la doctrine de Jésus, se comprend très-bien. Il prêche la pauvreté de cœur; veut-on la porter au dernier degré? Vendez et donnez, etc. Remarquons d'ailleurs qu'il s'adresse à ses disciples, à ceux qui doivent continuer son œuvre. Il ne veut pas qu'ils s'embarrassent de richesses. Défaites-vous de vos biens, dit-il, et marchons. C'est le précepte que Paul se vantait de suivre. non sans orgueil.

retourne des noces; afin que, lorsqu'il sera venu et qu'il aura frappé à la porte, ils lui ouvrent aussitôt.

37. Heureux ces serviteurs que le maître à son arrivée trouvera veillants; je vous dis, en vérité, que, s'étant ceint, il les fera mettre à table; et, passant devant eux, il les servira.

38. S'il arrive à la seconde ou à la troisième veille, et qu'il les trouve en cet état, ces serviteurs-là sont heureux.

39. Or, sachez que, si le père de famille était averti de l'heure à laquelle le voleur doit venir, il veillerait sans doute et ne laisserait pas percer sa maison.

40. (m) Tenez-vous donc aussi toujours prêts; parce que le Fils de l'homme viendra à l'heure où vous ne penserez pas.

41. Alors Pierre lui dit : Seigneur, est-ce à nous seuls que vous adressez cette parabole, ou si c'est à tout le monde?

42. Le Seigneur lui dit: Quel est le dispensateur fidèle et prudent que le maître a établi sur ses serviteurs, pour distribuer à chacun dans le temps la mesure de blé qui lui est destinée?

43. Heureux ce serviteur que son maître, à son arrivée, trouvera agissant de la sorte.

44. Je vous dis, en vérité, qu'il l'établira sur tous les biens qu'il possède.

45. Mais si ce serviteur dit en lui-même : Mon maître n'est pas près de venir, et qu'il commence à battre les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s'enivrer,

46. Le maître de ce serviteur viendra au jour où il ne s'y attend pas et à l'heure qu'il ne sait pas; et il le retranchera de sa famille et lui donnera pour partage d'être puni avec les infidèles.

47. Le serviteur qui aura su là volonté de son maître, et qui néanmoins ne se sera pas tenu prêt et n'aura pas fait ce qu'il désirait de lui, sera battu rudement;

48. Mais celui qui n'aura pas su sa volonté et qui aura fait des choses dignes de châtiment sera moins battu. On redemandera beaucoup à celui à qui on aura beaucoup donné; et on fera rendre un plus grand compte à celui à qui on aura confié plus de choses.

(m) VERS, 40 et suiv. — Jésus, interpellé sur l'opinion millénaire, semble garder le large. Il croyait certes au siècle nouveau; mais s'il prenait le Messie au sens spirituel, il a dû prendre aussi l'opinion de son avénement au sens spirituel. Vous ne savez pas, nul ne sait, dit-il, quand viendra le Fils de l'homme.

49. Je suis venu pour jeter le feu dans la terre; et que désiré-je, sinon qu'il s'allume (n)?

50. Je dois être baptisé d'un baptême; et combien me sens-je pressé jusqu'à ce qu'il s'accomplisse (o)?

51. Croyez-vous que je sois venu pour apporter la paix sur la terre? Non, je vous assure; mais, au contraire, la division (p).

52. Car désormais, s'il se trouve cinq personnes dans une maison, elles seront divisées les unes contre les autres trois contre deux et deux contre trois.

53. Le père sera en division avec le fils et le fils avec le père, la mère avec la fille et la fille, avec la mère, la belle-mère avec la belle-fille et la belle-fille avec la belle-mère.

54. Il disait aussi au peuple: Lorsque vous voyez un nuage se former du côté du couchant, vous dites aussitôt que la pluie ne tardera pas à venir; et il pleut en effet.

55. Et quand vous voyez souffler le vent du midi, vous dites qu'il fera chaud; et le chaud ne manque pas d'arriver.

56. Hypocrites que vous êtes, vous savez si bien reconnaître ce que présagent les diverses apparences du ciel et de la terre; comment donc ne reconnaissez-vous point ce temps-ci?

57. Comment n'avez-vous point de discernement pour reconnaître, par ce qui se passe parmi vous, ce qui est juste?

58. Lorsque vous allez avec votre adversaire devant le magistrat, tâchez de vous dégager de lui pendant que vous êtes encore dans le chemin, de peur qu'il ne vous entraîne devant le juge, et que le juge ne vous livre au sergent, et que le sergent ne vous mène en prison (q).

59: Car je vous assure que vous ne sortirez point de là, que vous n'ayez payé jusqu'à la dernière obole.

(n) Cela est d'un homme qui a une conscience profonde de son œuvre, de ses effets et de ses périls: Quid volo, etc. (Cf. le texte grec.)

(0) Résignation au martyre.

(p) Ces prévisions sont d'un homme qui, à un haut sentiment de la justice, joint la prévision de ce que l'annonce du droit produira d'étonnement et de colère.

(q) Conseil d'éviter les procès et la justice des tribunaux. Les premiers chrétiens y tenaient fort.

CHAPITRE XIII.

Exhortation à la repentance. Figuier stérile. Femme courbée. Grain de sénevé. Levain dans la pâte. Peu de sauvés. Menace d'Hérode. Passion prédite. Jérusalem deviendra déserte.

1. En ce même temps (a), quelques-uns vinrent dire à Jésus ce qui s'était passé, touchant les Galiléens (b), dont Pilate avait mêlé le sang avec celui de leurs sacrifices.

2. Sur quoi Jésus, prenant la parole, leur dit: Pensez-vous que ces Galiléens fussent les plus grands pécheurs de toute la Galilée, parce qu'ils ont été ainsi traités?

3. Non, je vous en assure; mais je vous déclare que, si vous ne faites pénitence, vous périrez tous comme eux.

4. Croyez-vous aussi que ces dix-huit hommes sur lesquels la tour de Siloé est tombée, et qu'elle a tués, fussent plus redevables à la justice de Dieu que tous les habitants de Jérusalem?

5. Non, je vous en assure; mais je vous déclare que, si vous ne faites pénitence, vous périrez tous de la même sorte.

6. Il leur dit aussi cette parabole : Un homme avait un figuier planté dans sa vigne; et venant pour y chercher du fruit, il n'y en trouva point.

7. Alors il dit à son vigneron : Il y a déjà trois ans que je viens chercher du fruit à ce figuier, sans y en trouver; coupez-le donc; pourquoi occupe-t-il la terre inutilement?

8. Le vigneron lui répondit: Seigneur, laissez-le encore cette année, afin que je laboure au pied, et que j'y mette du fumier; 9. Après cela, s'il porte du fruit, à la bonne heure; sinon, vous le ferez couper.

10. Jésus enseignait dans la synagogue un jour de sabbat;

11. Et il y vint une femme, possédée d'un esprit qui la rendait malade depuis dix-huit ans; et elle était si courbée, qu'elle ne pouvait du tout regarder en haut.

12. Jésus, la voyant, l'appela, et lui dit : Femme, vous êtes délivrée de votre infirmité.

(a) Ipso in tempore. Quel temps? Luc mêle tout. Mais on peut conjecturer que c'est vers l'époque du voyage à Jérusalem. (Cf. Matthieu, xx, 17-29.)

(b) Galilæis. De quel massacre parle ici Jésus?

13. Et il lui imposa les mains. Aussitôt elle fut redressée, et elle en rendit gloire à Dieu.

14. Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus l'avait guérie un jour de sabbat, dit au peuple: Il y a six jours destinés pour travailler; venez en ces jours-là pour être guéris, et non pas au jour du sabbat (c).

15. Le Seigneur, prenant la parole, lui dit: Hypocrites, y a-t-il quelqu'un de vous qui ne délie pas son boeuf ou son âne le jour du sabbat, et ne les tire pas de l'étable, pour les mener

boire ?

16. Pourquoi donc ne fallait-il pas délivrer de ses liens, en un jour de sabbat, cette fille d'Abraham que Satan avait tenue ainsi liée durant dix-huit ans?

17. A ces paroles tous ses adversaires demeurèrent confus; et tout le peuple fut ravi de lui voir faire tant d'actions glorieuses. 18. Il disait aussi : A quoi est semblable le royaume de Dieu, et à quoi le comparerai-je ?

19. Il est semblable à un grain de sénevé, qu'un homme prend et jette dans son jardin, et qui croît jusqu'à devenir un grand arbre de sorte que les oiseaux du ciel se reposent sur ses branches.

:

20. A quoi, dit-il encore, comparerai-je le royaume de Dieu ? 21. Il est semblable au levain qu'une femme prend, et mêle

(c) Pour donner à tout ceci un sens raisonnable, il faut se rappeler que la pratique de la médecine, chez les Juifs, était en partie déléguée aux prêtres; que c'était une œuvre de religion, qui a passé dans le christianisme sous le nom de sacrement de l'extrême-onction; que Jésus, devenu missionnaire et prophète, devait s'occuper des guérisons des malades, et qu'il y vaquait, ainsi que ses disciples. Il est parfaitement inutile que nous sachions quelle était sa médication : si allopathe, ou homœopathe, ou hydrothérapique, ou expectante, ou magnétique. Il y avait de tout cela un peu. Pourquoi Jésus. n'aurait-il pas guéri des malades, comme tant d'autres?... Qui est-ce qui n'en guérit pas?.., Otez l'hyperbole, et vous êtes dans la vérité historique. Le reproche des pharisiens se comprend mieux à l'aide de ces explications: ils ne veulent pas qu'on médicamente le jour du sabbat. Pas bon prendre médecine, disent-ils.

« PreviousContinue »