Page images
PDF
EPUB

d'autres chofes que les fidéles donnent volontairement, felon leur devotion, pour la fubfiftance des clercs & des pauvres, & pour l'entretien des églifes. Le prêtre, aprés avoir reçu l'offrande, lave fes mains: demandant à Dieu la pureté neceffaire, pour lui offrir un facrifice agréable, & fe recommande aux prieres des affiftans. C'eft la feconde partie de la meffe.

LECON XLVII.

De la confecration.

A priere fecrette qui ter-
mine l'offrande, fe con-
clut par la preface, qui

Surfum commence l'action de la corda, &c. confecration du facrifice. Elevez vos cœurs, dit le prêtre. Le peuple répond: Nous les avons à Dieu. Le prêtre ajoûte: Rendons graces à Dieu nôtre Seigneur. Le peuple répond : Il eft jufte & raisonnable. Ce que le prêtre repete, ajoûtant dans les jours les plus folemnels le fommaire du myftere: & concluant toûjours par la mediation de Jefus Chrift, & par l'union de nos prieres avec celles des faints anges qui chantent inceffam→

l'on

ment: Saint, Saint, Saint, Seigneur Dieu des armées comme témoigne le prophete Ifaïe. Etant donc ainfi preparez, ayant élevé nos cœurs audeffus de toutes les penfées de la terre: & nous uniffant en efprit aux troupes celeftes pour adorer avec elles la majefté du Tout-puiffant ; nous attendons avec un profond refpect fon Fils unique, qui va defcendre fur l'autel, par la vertu du faint Efprit. Le prêtre dit tout bas les prières que apelle le canon, c'eft à dire la regle de la confecration de l'euchariftie: qui ne changent jamais, quelque office que l'on faffe. Ce canon confifte Te igitur, en cinq oraifons. Dans la premiere le prêtre prie pour toute l'églife: nommément pour le pape, l'évêque & le roy; pour ceux qu'il veut recommander, & pour tous les affiftans. Il fait memoire de la fainte vierge, des apôtres & de quelques martyrs: dont il demande que les prieres nous aident. Enfuite il étend les mains fur l'oblation, prononçant la feconde oraifon. Puis il dit la troifiéme, où il recite

&c.

Hanc igitur Quam oblation.

Conc. Trid

l'hiftoire de l'inftitution de l'euchariftie, & la confacre en prononçant les propres paroles de Jefus Chrift. Par cette parole toute-puiffante, qui a fait le ciel & la terre, feff. xiij.. la fubftance du pain & du vin eft Can.1. a. changée en la substance du corps & du fang de Jefus-Chrift: les efpeces ou apparences demeurant les mêmes. Et quoiqu'il y foit vivant &glorieux, comme il eft en effet dans le ciel : toutefois la divifion des efpeces du pain & du vin reprefente la feparation de fon corps & de fon fang fur la Croix, & l'état de fa paffion: car il est la victime immolée. Auffi-tôt que les pa-, roles de la confecration font prononcées, le prêtre adore Jefus-Chrift prefent, & l'éleve à la vûë du peuple, qui l'adore auffi: puis le prêtre continuë la troifiéme oraifon du canon. Il offre à Dieu en memoire de la paffion & de la refurrection de fon Fils, le pain de vie éternelle & le calice du falut, c'est-à-dire le corps & le fang de ce même Fils, priant Dieu qu'il daigne recevoir agréablement de

,

nos mains ce facrifice, qui rapelle en memoire & continuë en quelque forte celui de la croix, comme il a reçu autrefois celui d'Abel, celui d'Abraham, celui de Melchifedech, qui en étoient des figures, & que tous ceux qui y participeront foient remplis de grace & de benediction celefte. Par la quatrième oraifon le prêtre recommande à Dieu Memento. les fidéles trépaffez: tant ceux qu'il veut recommander en particulier,que tous en general. Par la cinquiéme, il fait memoire de plufieurs faints, & demande, en frapant fa poitrine, que nous autres pecheurs nous ayons quelque part à leur gloire, par la mifericorde de Dieu. Enfin il éleve la fainte hoftie fur le calice, en rendant honcur à la fainte Trinité.

Nobis quo

que pecc,

« PreviousContinue »